Publié sur Un commentaire

Nouveau sur Lin + Quotidien: La mode féminine

 

Une mode simple, élégante, qui s’inspire de patrons vintage, des toiles des peintres français Jean-François Millet et César Pattein, des détails observés ici et là au fil d’une vie de femme. Une mode parfois un peu bohême, un brin nostalgique, qui rappelle les vêtements peints dans ces scènes pastorales et qui subliment le travail des paysans. Une mode digne. Une mode qui mise sur les coupes classiques, celles qui avantagent.

Une mode pour le plaisir de se sentir femme et à son meilleur. Comme une taille haute qui redéfinit celle-ci sans mettre l’emphase sur les hanches. Comme des découpes princesse, toujours si seyantes pour toutes les silhouettes. Comme des robes longues pour le plaisir de la féminité ressentie dans les mètres de tissu qui se balancent au vent. Des robes, toujours des robes, de coupe semi-ample ou ajustée. Des robes qui remuent, tournoient, font tourner les têtes. Une robe de mariée aussi, faite de pur lin blanc, comme les pommiers en fleurs. Une jolie robe encore, celle des récoltes, pour les petites filles qui veulent être comme maman. Des robes avec des noms poétiques, pour communiquer la valeur des choses faites à la main, en y mettant le meilleur de soi.

Toutes les belles choses retrouvées sur Lin + Quotidien sont faites artisanalement, au grenier de la grande maison ancienne que j’habite, construite par mes ancêtres à Saint-Benoît-Labre. C’est moi, France, avec ma chère Fabienne, qui est une femme de métier à nulle autre pareille, qui les taillons et les cousons.

Mais, non, nous ne cultivons pas notre lin, ne le filons ni le tissons non plus. Ces choses demandent des champs de lin en culture, une expertise et des équipements spécialisés dont nous ne disposons pas.

Par ailleurs, nous ne ferons jamais le choix de la Chine pour la fabrication. Pas que les choses soient mal faites comme certains le prétendent. Bien au contraire, je pense qu’elles sont faites avec beaucoup d’expertise et de finesse la plupart du temps. C’est plutôt que je refuse de souscrire à cette forme moderne d’esclavagisme qui utilise abusivement la force de travail des gens, enfants inclus, sans payer un juste prix. Tout cela, pour inonder nos marchés et nous offrir des vêtements qui coutent moins chers que le tissu au mètre. Cela n’a aucun sens. Mais, voilà, c’est le sujet d’un autre article de blog.

Look Book sur Kamylle, qui porte la robe longue noire et sur Sandrine qui porte la robe courte Lie de vin.

 

1 réflexion au sujet de “Nouveau sur Lin + Quotidien: La mode féminine

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *